Robe En Soie Wrap Rick Owens TEug1Jn

SKU399221833563421036565
Robe En Soie Wrap Rick Owens TEug1Jn
Silk
Retour

Technologies

Retour

Actualités et événements

EN | FR | AR

Français

Les oulémas marocains annulent la fatwa sur l’apostasie

03mars2017
погода киев купить защитную пленку на планшет

Dans une démarche exceptionnelle, et contrainte selon certains, le Haut conseil scientifique marocain s’est rétracté sur la fatwa autorisant le meurtre des apostats, publiée dans une brochure de fatwas entre 2004 et 2012.

Lors de sa dernière réunion, le Haut conseil scientifique a annulé la fatwa, et publié une autre brochure intitulée « la voie des oulémas » dans laquelle les oulémas du Conseil développent une définition différente du concept d’apostasie.

Les oulémas du Conseil définissent « apostat » selon sa signification au temps du prophète, et désignant « celui qui quitte la communauté des musulmans pour rejoindre celle des polythéistes, ce qui pourrait dévoiler les secrets des musulmans et déjouer leurs plans. Ceci a conduit à tolérer sa mise à mort, puisque sa décision nuit aux musulmans sur les plans politique et opérationnel ». Dans leur dernière fatwa, les oulémas excluent ceux qui ont choisi de se convertir à une autre religion par conviction intellectuelle, citant un verset du Coran : « Et ceux parmi vous qui adjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu : ils y demeureront éternellement » (verset 217 de la sourate Al-Baqara)

Mobilisation sociale

Selon des militants des droits de l’Homme, cette volte-face du Haut conseil scientifique est le fruit de la mobilisation d’un groupe d’activistes qui a pris la défense des minorités religieuses. Il a lancé un appel à la mise en place de ligues et comités civils pour contrer la première fatwa, semblable selon eux, à toutes les fatwas des courants terroristes prônant l’intolérance.

Les militants des droits de l’Homme ont également estimé que la première fatwa nuisait au processus démocratique et à la défense des droits de l’Homme, sabotant les avancées effectuées par le Maroc pour consolider l’esprit de la démocratie. Des avancées devenues concrètes à travers la constitution de 2011 élaborée à l’aide de la société civile.

Entre Coran et Hadiths

Mahjoub Mazaoui, chercheur en science ésotérique, estime pour sa part que la révision faite par le Haut conseil scientifique est « judicieuse ». « Le sujet de la mise à mort de l’apostat a fait couler beaucoup d’encre et suscité une multitude de débats entre oulémas. Certains d’entre eux commencent à réviser leur point de vue et à procéder à une nouvelle lecture de la question» note-t-il. Et d’ajouter : « Les oulémas ont estimé que le jugement de l’apostasie ne figure pas dans le Coran mais dans le Hadith et se sont, par conséquent, demandés : comment le Coran peut-il se taire sur un jugement aussi important alors qu’il s’est prononcé sur d’autres questions de la vie quotidienne ayant beaucoup moins d’importance ? ».

Selon Mazaoui « les oulémas ont conclu que la mise à mort de l’apostat était un châtiment pour une sorte de trahison nationale consistant à avoir rallié les rangs de l’ennemi, et non un châtiment pour s’être converti à une autre religion, bien que la formule (« celui qui a changé de religion ») existe dans plusieurs hadiths ayant traité de la question ».

D’après les oulémas, la question doit être traitée suivant le verset coranique qui suit : « Nul contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement » (verset 256 de la sourate Al-Baqara). Ils mettent l’accent sur la primauté du Coran sur les Hadiths, d’autant que le Hadith est en général considéré comme étant sujet à controverses et hérité du passé. Ils rappellent que la mise à mort de l’apostat, si elle vise la liberté de changer de religion en soi, est une sorte de contrainte qui est en contradiction avec l’énoncé et l’esprit du Coran.

Le Haut conseil scientifique a été fondé sous le règne du roi Hassan II qui a lancé en 2004 un projet intitulé « réforme du champ religieux » et procédé à la restructuration des institutions œuvrant dans ce domaine. C’est le roi lui-même qui préside ce Haut conseil comptant 47 oulémas, dont le ministre des Waqfs, celui des Affaires religieuses, ainsi que des oulémas notoires désignés par le monarque.

стройка дома отдых в ялте
70326903 Femmes Derbys Belmondo v9b3XTJA

Le choix de la rédaction

Le foot anime le quotidien de Kidal

Foulard Imprimé Archives Graffitied Robe Chemise Multicolor Burberry q1aVC4JN

Les cérémonies matrimoniales en Mauritanie entre rituels immuables et diversité culturelle

Projet MDI

Dune Voices est un projet de l'Institut de diversité médiatique (MDI).
Camion des FFI.
La croix de Lorraine , symbole choisi pour les Forces navales françaises libres et repris par la France libre puis par toute la Résistance avant de devenir, à partir de 1947 l'emblème du et du mouvement gaulliste.

Malgré tous ces mouvements d’appareil, le résistant de base ignore souvent à quel mouvement il appartient. Dans le réseau où il est entré, généralement par cooptation, il n'a de contacts qu'avec un nombre limité de personnes, et il accomplit les tâches qui lui sont affectées. Il n'apprendra qu'à la fin de la guerre qu'il a travaillé, par exemple, pour le SOE et qu'il ne dépendait pas de De Gaulle.

L'unification des mouvements armés revêt un caractère assez formel, en ce sens que, quand la coordination devient nécessaire entre les réseaux, les maquis et les troupes alliées, elle est assurée depuis Londres et non par un état-major clandestin basé sur le territoire français. À l'échelon local, l'unification peut aider les groupes de différentes origines à travailler ensemble et parfois à se soumettre à une autorité commune. Cela a relativement bien fonctionné lors de la libération de Paris. Le général Delestraint, arrêté début , et déporté à Dachau , est remplacé par Pontcarral-Dejussieu à la tête de l'AS. Reste à intégrer d'une part l' Organisation de résistance de l'armée (ORA), émanation de l'ancienne armée d'armistice, représentative de ce qu'il est convenu d'appeler la résistance vichysso-giraudiste et, d'autre part, les . L'ORA qui se veut strictement militaire n'a pas été partie prenante de la constitution du CNR. Elle a des contacts privilégiés avec le général Giraud . À partir de , lorsque Giraud doit s'effacer devant de Gaulle, l'ORA s'intègre en douceur dans l'AS. Cette intégration est formalisée en par un accord ORA-AS. L'ORA reconnaît alors l'autorité du CFLN d'Alger présidé par de Gaulle.

De la même façon, une fusion théorique a lieu le entre l'AS et les , donnant naissance aux placées sous l'autorité du général Kœnig le .

Parallèlement à la création des FFI, le CNR, de plus en plus dominé par les communistes et leurs alliés, avait créé une Commission militaire d'action censée superviser les FFI. D'abord désignée COMIDAC, on l'appela ensuite le COMAC . Alors de qui dépendait Koenig? Du COMAC ou du CFLN d'Alger, transformé le 2 juin en gouvernement provisoire? Personne ne le sait trop. Le délégué militaire national, ( Chaban ), ainsi que les délégués militaires de zones (DMZ) dépendent, eux, directement du comité militaire national d'Alger. La complexité de l'organigramme permet à chacun de faire ce qu'il lui plait, mais il n’en reste pas moins que la Résistance est structurée, et que quand tout le monde est de bonne volonté, les choses avancent.

Des publications chrétiennes disponibles en magazine papier et numérique sur tous supports. » Je m'abonne

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne depuis 1989. Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle et indépendante, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines. » Découvrez comment nous aider